Tupperware à l’heure du numérique

0 Flares 0 Flares ×

Tupperware. Si il y a bien une marque rayonnante avec un minimum d’exposition, c’est bien celle-ci. Pas de page Facebook, pas de publicité à la télévision, pas de boutiques… Et pourtant, la « réunion Tupperware » est aujourd’hui une expression française et tout le monde connait les boites en plastiques. Alors comment va évoluer la marque à l’heure du numérique ? Eléments de réponses…

Tupperware, une marque patrimoniale

Crée en 1946, la marque Tupperware est une marque internationale qui a inventé son propre système de vente: la « démonstration-vente à domicile ». Au cours de cet article, nous allons principalement nous focaliser sur la France. Alors pourquoi Tupperware est aujourd’hui un marque patrimoniale ? Pour comprendre, il suffit de définir une marque patrimoniale. Il s’agit d’une marque qui se trouve dans l’inconscient collectif, avec une notoriété très forte et qui sait résister aux épreuves du temps.

Les réunions Tupperware en France, c’est un peu la définition des ventes à domiciles. Tupperware devient même  parfois un synonyme de « Boite en plastique ».  Bref, vous l’aurez compris, Tupperware mérite bel et bien l’appellation de marque patrimoniale.

Le danger d’une marque patrimonale

Les marques patrimoniales n’ont pas toutes le même destin. Certaines capitalisent sans discontinue sur une recette ancestrale (comme Nutella), mais d’autres sont vouées à l’innovation. Au final, le danger, c’est d’oublier de ce remettre en question. Et c’est précisément ce qu’est en train de faire Tupperware. Avec l’avènement des réseaux sociaux, il est difficilement compréhensible qu’une marque aussi importante de Tupperware ne possède pas sa propre page Facebook par exemple. Et c’est pourtant le cas ! Si jusqu’à présent ce choix pouvait se justifier par la stratégie de l’enseigne, il faut avouer que le risque de se faire doubler par les concurrents grandit rapidement…

Une stratégie de communication unique

La stratégie de communication de Tupperware, c’est d’être là où les gens qui cherchent la marque sont. En terme marketing, on appelle cela une communication « one to few ». Tout est dans la localité: des évènements sont organisés, comme des cours de cuisine gratuits, où encore quelques petites publicités sont trouvables dans certains journaux locaux. Mais rien sur les grands médias, rien à la radio…

Tupperware vise une clientèle précise qui va faire la démarche de trouver la marque, et non l’inverse. La meilleure communication de la marque, ce sont les vendeuses. Certaines ayant même des voitures floquées à l’image Tupperware. C’est grâce à ce système que la marque perdure. Et pour être honnête, au vue des prix de la marque, une démonstration n’est pas de trop…

Vers une mise à jour de la communication ?

On se rapproche de plus en plus d’une arrivée en force sur Internet de la marque. Si rien ne change, 2013 devrait déjà être l’année de l’ouverture d’une page officielle Facebook. Car l’idée était de ne rien créer avant d’être sur d’avoir du contenu à partager et de la matière pour faire vivre la communauté. Il semblerait qu’aujourd’hui la marque soit de plus en plus prête… Nous verrons peut-être un jour une vente en ligne, qui sait… Le catalogue en ligne existe déjà.

Vous l’aurez compris, passer à une communication 2.0 n’est pas forcément dans la logique de l’entreprise au vue de son histoire, mais il semblerait bien que ce soit une nécessité. C’est là tout l’art de la gestion du changement, et nulle doute que Tupperware sera se donner un second souffle

Cet article a été écrit par...
Clement Passionné d'actualité, c'est en 2011 que je créé Time To Think, site d'actualité. 3 ans plus tard, ce dernier devient Fourth Wall. Mon objectif : mettre en avant l'actualité dont les grands médias parlent peu ! Retrouvez moi aussi : www.clement-gracyk.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>