Le risque systémique des banques françaises

0 Flares 0 Flares ×

Le secteur bancaire français peut-être inquiétant. C’est en tout cas ce qu’implique l’étude du Center for Risk Management de Lauzanne. Un secteur bancaire soumis à un véritable risque systémique, le plus important d’Europe d’ailleurs. Gros plan sur cette situation qui pourrait d’avérer dramatique

Les raisons du risque systémique

L’étude du Center for Risk Management de Lauzanne a voulu évalué le risque systémique du secteur bancaire des pays européens. Et la conclusion est assez triste pour le secteur français, qui se retrouve dans la pire situation. L’idée de l’institut de Lauzanne est simple: étudier les besoins en capital dans l’hypothèse où une nouvelle crise financière mondiale éclaterait. Principale caractéristique d’une telle crise: chute de 40% des indices boursiers mondiaux sur un semestre.

Des besoins en capital dans toute l’Europe…

De nombreuses banques européennes auraient besoin de capitaux pour faire face à la crise. Mais un top 3 européen se dessine: troisème, Barclays avec 71 milliards d’euros. En seconde place, on retrouve la Deutsche Bank avec 82 milliards d’euros. Et enfin, une banque française: le Crédit Agricole avec 86 milliards d’euros.

271 milliards pour les banques

Mais si on cumule les besoins en capital de toutes les banques française, on atteint la somme colossale de 271 milliards d’euros ! A titre de comparaison, le Royaume-Unis aurait besoin de 206 milliards et l’Allemagne de 135 milliards. Mais si notre besoin est si fort, c’est parce que notre système est principalement dominé par trois grosses banques: Société Générale, BNP et Crédit Agricole

Trop grosses pour tomber

Et c’est la raison de ce risque systémique si élevé: les trois grandes banques françaises sont trop grosses pour tomber. L’Etat est condamné à les aider quoi qu’il arrive. Rendez-vous compte, le dernier bilan de la BNP est égal au PIB de la France. Vous l’aurez compris, tant qu’une telle crise n’arrive pas, nous n’avons pas grand chose à craindre. Mais au vu du marché aujourd’hui, de la volatilité boursière et des mini-crises à répétitions, on ne peut que s’inquiéter d’un tel résultat d’étude

Pour voir l’étude, je vous propose ceci. Sinon je vous propose cet article ou celui-ci.

Cet article a été écrit par...
Clement Passionné d'actualité, c'est en 2011 que je créé Time To Think, site d'actualité. 3 ans plus tard, ce dernier devient Fourth Wall. Mon objectif : mettre en avant l'actualité dont les grands médias parlent peu ! Retrouvez moi aussi : www.clement-gracyk.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>