Réfugiés palestiniens au Liban, quel avenir?

0 Flares 0 Flares ×

Depuis le début du conflit israélo-palestinien ce sont plus de 900 000 réfugiés palestiniens qui ont fui au Liban, en Jordanie, en Syrie, en Arabie-saoudite, au Koweit … Et un peu partout dans le monde en quête d’une paix qu’ils ne connaissent pas. Il y aurait environ 400 000 réfugies palestiniens au Liban ( nombre approximatif puisque l’Etat ne tient pas de registre).

Tout d’abord il faut savoir qu’il existe 3 types de statut de réfugies palestiniens : ceux enregistrés à l’UNRWA (agence de l’ONU pour les réfugiés du Proche-Orient) et qui sont majoritaires. Ceux non enregistrés à l’UNRWA mais qui ont bénéficié d’une carte d’identité palestinienne délivrée par les autorités libanaises (environ 40000 palestiniens) et enfin les moins chanceux sont les sans papiers, qui n’ont aucun droit possible. Car en effet, le statut réfugiés permet d’être sous l’assistance de l’ONU. Mais les droits des réfugiés palestiniens sont très limités, voir absent. Ils n’ont aucun droit d’enregistrer des titres de propriété .

En confirme le témoignage de « K » . un jeune palestinien de 22 ans qui a grandi dans un camp au sud du Liban. Il en est sorti car sa grand mère libanaise a pu acquérir un appartement. Qu’elle leur a ensuite cédé a lui et au reste de sa famille. Un réfugié palestinien ne peut donc pas devenir propriétaire d’un bien immobilier. L’accès aux professions est très réglementé. Aujourd’hui, ces réfugiés trouvent un emploi soi dans l’agriculture, soi dans le bâtiment.Mais officiellement, l’amendement de 2010 de l’article 59 du code du travail libanais (proposé par Walid Joumblat, représentant du parti socialiste progressiste) permet aux réfugiés d’exercer tous les métiers autorisés aux étrangers et de bénéficier d’une sécurité sociale (financée par un fond spécial). Cela réduisant ainsi les professions interdites au nombre de 4: – militaire/ policier/ avocat / Medecin. Mais en réalité ce serait 25 professions (toute profession exigeant l’appartenance à un syndicat).  Mais pourquoi une restriction de l’accès aux professions ? Le gouvernement libanais se justifie en mettant en avant le fait qu’un réfugiés s’installe provisoirement dans un pays, le temps que les choses se calment dans le sien. Mais le conflit israélo-Palestinien fait rage depuis plus de 50 ans… Les textes et la réalité sont très éloignés. En 2011, seulement 2% des palestiniens ont obtenu un permis de travail. Et leur salaire (450$ environ) est 20% inférieur a celui d’un libanais . »K » se considère comme chances. Car contrairement à la majorité, ses droits sont respectés et son salaire plus élevé . Il explique que La raison est que son employeur est européen et qu’il n’a donc pas de préjugés ou de connaissance précise du système libanais. Il ajoute que beaucoup de palestiniens travaillent dans des conditions déplorables, sous-payés et parfois même maltraités. Et qu’en est-il des plus jeunes? Les enfants des camps, comme celui de Chatila à Beyrouth (voir photo), tristement connu pour ses massacres dans les années 80, tous les enfants ne sont pas scolarisés car une année scolaire coûte en moyenne 100$ et que les familles n’ont pas de moyens. Et même si certaines familles arrivent à trouver l’argent nécessaire, les écoles refusent parfois l’admission de l’enfant. Parce qu’il est réfugié palestinien…

Photos et témoignage exclusif Time To Think

Pour un autre témoignage exclusif pour Time To Think, c’est par ici !

Cet article a été écrit par...
Habiba

One Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>