Le Sénégal dit stop aux importations d’oignons !

0 Flares 0 Flares ×

Si dans le monde les producteurs de chocolats commence à parler des risques de pénuries, les producteurs d’oignons au Sénégal sont très loin d’avoir ce problème. C’est même l’inverse, puisque depuis 10 ans la production à doublé ! Pour cette année, on attend tout de même 250 000 tonnes d’oignons, ce qui contraint le pays à prendre une mesure radicale : stopper toute importation de l’oignon pour donner une chance aux produits locaux. Gros plan.[divider_flat]

Record de production en 2014

Imaginez un peu la situation : le Sénégal a assez d’oignon pour être auto-suffisant sur cet aliment pendant 7 mois ! 250 000 tonnes pour 2014 selon les dernières prévisions. Et pourtant, il n’est pas rare de voir au milieu des oignons du Sénégal des oignons venant des Pays-Bas, directement importés pour les consommateurs sénégalais. Mais pourquoi ? Parce que les oignons sénégalais sont chargés en eau et que, par conséquent, on peut les conserver moins longtemps… Et surtout ils sont vendus au même prix que ceux du Pays-Bas, que l’on peut conserver. Un véritable paradoxe pour un pays avec une telle production. Pour info, l’année dernière les importations d’oignons étaient de 175 000 tonnes !

Mesure protectionniste

Depuis le 24 Février dernier, le Sénégal a décidé de stopper toutes les importations d’oignons pendant « une durée de 6 mois », comme le rapportait RFI par exemple. L’objectif est clair : favoriser les récoltes et les productions locales.

Au delà des raccourcis

Mais essayons d’aller plus loin que le raccourci de certains médias, en tout cas de ceux qui ont bien voulu relayé cette information. Le principal raccourci en question portait sur le délai de l’arrêt de l’importation, les fameux « 6 mois ». Car quand on farfouille un peu, on se rend compte qu’on peut détailler un peu cette annonce. Ainsi, en 2013, il y avait déjà un gel des importations sur l’oignon, mais uniquement de 45 jours entre Juillet et Septembre. Cette année ce seront donc 6 mois, mais pas sans conditions ! Je m’explique. Dans un premier temps, il y aura 45 jours de tests, qui ont débutés au début du mois. Si au terme de ces tests les producteurs locaux sont satisfaits, alors le gel sera effectif.

Mais avec des conditions à respecter : assurer une production de qualité et fiable dans le but d’éviter toute inflation ou rupture sur l’oignon dans le pays. Autre condition, les prix : pour le producteur entre 75 et 125 F Cfa, entre 125 et 150 F Cfa chez le collecteur, entre 150 et 175 F Cfa pour le négociant, et entre 175 et 200 F Cfa pour le consommateur. Bref, avec un gouvernement qui apporte de plus en plus d’aides, les producteurs d’oignons ont de quoi nourrir de gros espoirs dans le futur… Affaire à suivre !

Pour d’autres articles d’alimentation, c’est ici et ici.

Cet article a été écrit par...
Clement Passionné d'actualité, c'est en 2011 que je créé Time To Think, site d'actualité. 3 ans plus tard, ce dernier devient Fourth Wall. Mon objectif : mettre en avant l'actualité dont les grands médias parlent peu ! Retrouvez moi aussi : www.clement-gracyk.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>