L’architecture Panoptique

0 Flares 0 Flares ×

Pour varier un peu les plaisirs, Time To Think vous propose aujourd’hui de vous intéressez un peu à l’architecture ! Et pour être plus précis, au type d’architecture qu’on appelle « Panoptique ». Un concept très intéressant vous allez voir, qui n’est pas sans rappeler certains éléments de surveillance… 

C’est quoi, l’architecture Panoptique ?

L’architecture Panoptique a été mise en place par les frères Bentham à la fin des années 1700. Quel en est le concept ? Et bien il s’agit d’une architecture permettant à « un gardien, logé dans une tour centrale, d’observer tous les prisonniers, enfermés dans des cellules individuelles autour de la tour, sans que ceux-ci puissent savoir s’ils sont observés« . Vous l’aurez compris, c’est principalement une architecture mise en place dans les prisons, mais que l’on a aussi vu dans certaines écoles ou encore hôpitaux.

Les frères Bentham

Ils se nomment Jeremy et Samuel Bentham, et ils ont mis au point le système Panoptique. Mais qui sont-ils ? Jeremy est un philosophe et réformateur britannique. Mais il est avant tout l’un des inventeurs de l’utilitarisme, qui est une doctrine éthique qui (pour faire simple) évalue une action uniquement en fonction des conséquences de cette dernière. Son frère, Samuel, est un ingénieur et architecte naval. C’est à lui que l’on doit les ponts en fonte ou encore l’introduction en Angleterre de la fabrication en série. Les frères Bentham ont donc indéniablement marqués l’histoire bien au delà de l’architecture Panoptique.

La Panoptique en 2013 ?

Soyons sincère, la panoptique n’est plus tellement utilisée aujourd’hui en architecture, son dernier moment de gloire remontant à 1975 lorsque Foucault en parle dans un de ses livres comme la « Fonction Psy« . Mais si l’on sort du cadre de l’architecture, la panoptique est (ou pourrait être) encore présente dans notre quotidien, et principalement autour de la notion de surveillance. En effet, l’architecture panoptique crée un sentiment dit « d’omniscience invisible ». Autrement dit, une personne va surveiller ses faits et gestes car elle se sait surveillée mais ne sait pas forcement où. C’est un peu le même principe que les caméras de surveillance dans les lieux publics, les cookies lorsque vous traînez sur internet, où d’une manière plus littéraire le (merveilleux) roman de George Orwell intitulé 1984. Vous savez, avec Big Brother qui connaît les faits et gestes de tout le monde…

Vous l’aurez compris, parler de ce concept architectural est aussi un moyen de mettre en avant un principe qui est sans aucun doute utilisé aujourd’hui dans notre quotidien, bien qu’il est perdu ce côté disciplinaire. Pour vous passer le temps, et rentrer dans un univers qui vous fera vraiment réfléchir, je ne peux que vous conseiller la lecture de l’excellent 1984, et ça se passe ici !

Cet article a été écrit par...
Clement Passionné d'actualité, c'est en 2011 que je créé Time To Think, site d'actualité. 3 ans plus tard, ce dernier devient Fourth Wall. Mon objectif : mettre en avant l'actualité dont les grands médias parlent peu ! Retrouvez moi aussi : www.clement-gracyk.com

One Comment

  1. Pingback : Photo-Think #2 : la tour Eiffel | Time To Think

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>