La Success Story Tata

0 Flares 0 Flares ×

Même si Ratan Tata a pris sa retraite en fin d’année dernière, ce que l’entreprise Tata a réussi à faire est un véritable modèle pour l’Inde. Une entreprise familiale à la réussite éclair qui est aujourd’hui une des plus grandes entreprises mondiale… Retour sur cette véritable success story

Aux origines d’un géant

Tata est principalement connue, en tout cas en France, pour sa voiture low-cost. Mais aux origines, Tata était plutôt loin du secteur automobile puisque l’entreprise était spécialisée dans l’acier et le coton. C’est Jamsetji Nasawanji Tata qui créa l’entreprise en 1859, et il sera surnommé plus tard le « père de l’industrialisation indienne« .

Du social dans les affaires

C’est Dorab Tata qui succéda à son père et qui commença à diversifier la production. Mais au delà du côté commercial, la renommée de Tata dans le pays c’est également faite au travers des avancées sociales proposées par l’entreprise. Rendez-vous compte, le congé maternité apparaît en 1928, l’intéressement des salariés en fonction des profits de l’entreprise en 1934 et encore plus fort, la journée de 8h en usine en 1912. A titre de comparaison, cette journée de 8h porte en France le nom de « Loi des huit heures« , et a été officialisée en 1919. Soit 7 ans après l’entreprise Indienne. Tata avait une bonne longueur d’avance en matière sociale, mais on ne le répète pas assez

Ratan Tata prend la tête de l’entreprise

C’est en 1991 que Ratan Tata prend la tête du groupe Indien. Il prend la tête au bon moment, puisqu’à l’époque l’Inde traverse une crise monétaire. Le gouvernement décide donc de libéraliser l’économie pour essayer de la résorber… Qui dit libéralisation dit ouverture de marché, et donc accès à la mondialisation. Ratan Tata possède donc une véritable opportunité pour son entreprise. Le groupe est alors restructuré en 7 divisions, allant de l’informatique à l’automobile en passant par la chimie, l’énergie ou encore l’alimentaire. Dans le même temps, tous les responsables de divisions ayant suivis la croissance du groupe sont remplacés par de jeunes patrons. Ratan Tata veut des idées nouvelles pour faire face à un monde nouveau.

Tata conquiert le monde

Tata conquiert le monde, mais commence par la Grande Bretagne. En 2000, pour 538 millions de dollars, Tata s’offre Tetley (vous savez, les thés). Puis entre 2007 et 2008, Tata achète Corus (un groupe de sidérurgie) mais également Jaguar et Land Rover. Ratan Tata devient l’homme d’affaire de l’année 2005 et Tata l’exemple pour les manuels scolaires d’une réussite mondiale pour une entreprise à l’origine basée dans un pays du sud.
Là où Tata a frappé un grand coup médiatiquement, c’est avec l’annonce de la Tata Nano, une voiture vendue en Inde 5 000 euros. Une somme qui nous fait tous rêver… D’ailleurs, la rumeur dit que la Nano arriverait en Europe en 2015, sur le même positionnement que la Logan de Renault

Quelques chiffres qui parlent

Avec Ratan à sa tête, Tata c’est un Chiffre d’Affaires multiplié par 15, dont 60% réalisé en dehors de l’Inde. Près de 500 000 employés dans les 80 pays où Tata est présent, 31 sociétés côtées… Et avec Tetley, Tata est le deuxième producteur de thé dans le monde.

Au final, Tata c’est une success story familiale qui fait figure d’exemple de l’ascension des pays du Sud. Un véritable cas d’école. Pour en savoir un peu plus, je vous invite à vous rendre ici ou encore ici

Cet article a été écrit par...
Clement Passionné d'actualité, c'est en 2011 que je créé Time To Think, site d'actualité. 3 ans plus tard, ce dernier devient Fourth Wall. Mon objectif : mettre en avant l'actualité dont les grands médias parlent peu ! Retrouvez moi aussi : www.clement-gracyk.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>