Ferrari cultive la rareté

0 Flares 0 Flares ×

Je pense que nous serons tous d’accord: Ferrari, c’est beau, c’est cher et c’est rare. Mais de toute évidence, pas encore assez rare, puisque la marque au cheval a annoncé une réduction de sa production pour préserver sa valeur. Ferrari modifie sa stratégie, gros plan. 

4% de production en moins

Ferrari est la marque de luxe de Fiat, et surtout l’une des marques automobile reconnue mondialement. Alors qu’il n’y a que très peu de voitures rouges sur le marché, l’annonce peut surprendre: diminuer de 4% sa production, pour faire de la marque au cheval une marque encore plus rare. Et vous connaissez le marché: qui dit rareté dit souvent prix élevé.

Une vision chiffrée

7 318 voitures vendues en 2012. Au vue d’une production mondiale, on pourrait presque les compter sur les doigts de la main. Enfin presque. Avec la baisse de la production, les ventes ne devraient pas dépasser les 7 000 sur le prochain exercice. Un véritable pari pour faire monter en flèche la valeur de la marque. Ferrari va également investir dans son usine, la célèbre usine de Maranello. C’est là que 3000 personnes assemblent chaque jour 32 voitures en moyenne.

Un déversement stratégique ?

Mais pour comprendre d’une manière encore plus globale la stratégie, il faut regarder le grand patron. A savoir Fiat, qui possède Ferrari. Car Fiat possède également une autre grande marque de luxe: Maserati. Et dans l’usine de Maranello, une nouvelle ligne de production a été inaugurée : une chaine d’assemblage qui fabriquera des moteurs pour Maserati. Et c’est la que la stratégie de Fiat apparaît :  l’ambition de Fiat est de passer de 5000 ventes de Maserati en 2012 à 50 000 par an.

Pour d’autres articles sur l’automobile, je vous propose celui-ci ou celui-la.

Cet article a été écrit par...
Clement Passionné d'actualité, c'est en 2011 que je créé Time To Think, site d'actualité. 3 ans plus tard, ce dernier devient Fourth Wall. Mon objectif : mettre en avant l'actualité dont les grands médias parlent peu ! Retrouvez moi aussi : www.clement-gracyk.com

One Comment

  1. Pingback : Imerys, du talc dans le moteur | Time To Think

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>