Faut-il remettre en cause la solidarité ?

0 Flares 0 Flares ×

Ça devait être la belle histoire de cette fin d’année, la photo qui nous rappel à tous la magie de Noël. Cette photo de l’agent de police donnant ses chaussures à un SDF à New-York a fait le tour du monde, et nous a permis à tous de revoir un peu d’humanité. Or on apprend aujourd’hui que le sdf est encore pieds nus dans la rue. La solidarité est-elle vouée à l’échec

Lawrence Deprimo, la fierté policière

Son geste a fait le tour du monde grâce à la photo d’une touriste. Lawrence Deprimo est devenu pendant quelques jours un héro mondial: le policier qui donna sa paire de chaussures. Alors que certains y voyait une mise en scène, le temps a montré que cette histoire était bien réelle, et que la solidarité avait parlé par elle-même. Sur le papier, une histoire de Noël comme on aime les voir, les raconter et les vivre.

Un SDF encore pieds nus

C’est le New York Times qui a été retrouver le SDF pour connaître la suite du compte de Noël. Et c’est pieds nus que le journaliste a retrouvé le SDF de la photo. Pourquoi n’avait-il plus les fameuses chaussures ? Son explication est simple: les chaussures valent près de 100$, il a préféré les cacher plutôt que de marcher avec et risquer de perdre la vie. Il s’appelle Mr Hillman, et il est en passe de devenir un symbole du danger pour les personnes vivant dans la rue.

Une question de droit à l’image

L’autre point soulevé par Mr Hillman dans l’interview au journal américain, est la question du droit à l’image. En effet, il explique qu’il est outré d’avoir vu sa photo faire le tour du monde sans que personne ne lui ai demandé son autorisation. Il demande « sa part du gâteau« . Cette réaction met en relief une des tendances récurrente avec les réseaux sociaux aujourd’hui: le droit à l’image. N’importe qui peut poster ou mettre en ligne des photos, vidéos et autres supports de n’importe qui sans forcément en demander la permission.

Faut-il remettre en cause la solidarité ?

Si on met de côté le débat sur le droit à l’image, on peut logiquement s’arrêter sur la remise en cause ou non de la solidarité. Si on prend en exemple l’histoire de cette paire de bottes, on peut se demander si le don du policier était vraiment bénéfique. Sur le papier, évidemment qu’il le fallait. Mais dans la réalité, on se rend compte que non seulement Mr Hillman ne les portes pas, c’est à dire que sa condition n’a pas évoluée dans la rue, mais en plus il a plus de risques pour sa vie qu’auparavant. Voilà qui fait vraiment réfléchir, et qui me laisse aussi un peu rêveur…

Cette question est d’autant plus d’actualité entre les Restos du Coeur ou le débat sur la réquisition des églises pour loger les plus démunis… Au final, on est passé d’un conte de Noël à une histoire qui nous fait réfléchir sur la société. On peut dire que c’est toujours un peu pareil, l’histoire est belle, tout dépend à quel moment on décide d’arrêter de la raconter.

Cet article a été écrit par...
Clement Passionné d'actualité, c'est en 2011 que je créé Time To Think, site d'actualité. 3 ans plus tard, ce dernier devient Fourth Wall. Mon objectif : mettre en avant l'actualité dont les grands médias parlent peu ! Retrouvez moi aussi : www.clement-gracyk.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>