L’exemple Chypriote

0 Flares 0 Flares ×

Que l’on aime ou pas l’Europe, il faut tout de même saluer une de ses forces : grâce à elle, nous avons la chance de témoigner d’évènements économiques. Ce weekend, c’est une sorte de condamnation économique qui a été actée à Chypre, où environs 10 milliards d’Euro vont être directement prélevé sur les comptes des chypriotes. Sans doute un exemple vivant de bankrun, avec ses conséquences

C’est quoi un bankrun ?

Avec les mesures prises, il fallait se douter que la réaction des habitants de l’île n’allait pas se faire attendre. Une véritable ruée vers les distributeurs à donc commencée. Ce phénomène, que nous pouvons tous comprendre, est ce que l’on appelle en économie le bankrun, a savoir la panique bancaire. Le principe est simple: par peur qu’une banque ne devienne insolvable, les clients de cette dernière vont rapidement retirer leur argent.

Quel est le risque ?

Le principal risque d’un bankrun, c’est une faillite d’une banque. Mais dans le cas de Chypre, où toutes les banques sont concernées, le principale risque est celui qu’une faillite massive des banques. Si je reformule, c’est donc la faillite de tout le système bancaire qui est en jeu. Vous allez me dire, mais pourquoi ? La réponse, vous l’avez dans le titre du film Wall Street: « L’argent ne dort jamais« . Car le système bancaire est ainsi fait que jamais l’argent ne reste physiquement dans une banque. Il circule, et c’est comme ça que le réseau bancaire vit. Retirez l’argent des banques, et tout s’arrête. Game Over d’une certaine manière.

Et l’Europe ?

Le danger d’un bankrun à Chypre nous concerne tous, car sur l’île, la monnaie est l’Euro. Sur du court terme, c’est donc l’ensemble de l’Europe qui pourrait se retrouver concernée par une panique bancaire. Tout l’enjeu se situe sur la coordination… Même Forbes, qui est une revue respectable, se pose la question de l’impact Européen d’une telle décision à Chypre. Comme le rappel l’article, les banques chypriote sont fermées lundi et n’ouvriront que mardi. Et c’est là que l’on verra vraiment si les gens retirent leur argent ou pas. Mais la question qui se pose à une échelle plus large, c’est comment vont réagir les épargnants en Espagne ou en Grèce, qui eux aussi peuvent se sentir concernés au vue de la situation économique de leur pays. On peut parler de l’ouverture de la boite de Pandore

Pour voir dans le détail les mesures prises par Chypres, c’est ici. Sinon je vous propose ceci ou encore ceci. Ou encore cette lettre ouverte très bien écrite et, il faut le dire, assez réaliste. Je conclurai cet article sur une citation de Lincoln: « Vous ne pouvez créer la prospérité en décourageant l’épargne ». A méditer…

Cet article a été écrit par...
Clement Passionné d'actualité, c'est en 2011 que je créé Time To Think, site d'actualité. 3 ans plus tard, ce dernier devient Fourth Wall. Mon objectif : mettre en avant l'actualité dont les grands médias parlent peu ! Retrouvez moi aussi : www.clement-gracyk.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>