Election UMP: comment peut-on oublier des votes ?

0 Flares 0 Flares ×

L’élection du président de l’UMP va de surprise en surprise. C’est très rare à un tel niveau. Hier soir, un peu comme un lapin sorti du chapeau du magicien, on a découvert que 3 départements n’avaient pas été comptabilisés par les organisateurs des élections. On a encore du mal à qualifier ce genre d’incompétence… Mais comment a-t-on pu rater 3 départements complet ? Les explications, c’est maintenant.

Copé contre Fillon: la Cocoe n’a pas tout recompté

24h, c’est le temps qu’il aura fallu à la Cocoe (Commission d’organisation et de contrôle des opérations électorales) pour recompter toutes les voix du vote UMP et enfin désigné un président, en l’occurance Jean François Copé. Nous sommes lundi, tard dans la soirée. Hier, mercredi après midi, 1304 voix sont réapparues et ont visiblement été oubliées. Or, comme l’a dit Mr Copé dans une interview largement diffusée à la radio et à la télévision, les représentants des deux candidats ont signés le comptage final. Alors, tour de magie ?

Votes oubliés, la réponse dans les motions

Soyons sincère, si il y a bien une chose qui est passé au second plan lors de l’élection de l’UMP, c’est le vote des motions. Qu’est ce que c’est ? Pour faire simple, il s’agissait de reconnaître les différents mouvements qui composent la droite française. Si le mouvement dépasse les 10% de votes, il obtient, entre autres, des moyens financiers.

Mais pourquoi parler des motions dans l’affaire de la présidence ? Tout simplement car c’est de là que vient la réponse. Si l’on en croit une information de l’Express, c’est en analysant les tableaux des résultats des motions que les équipes de Mr Fillon se rendent compte que trois lignes n’étaient pas présentes dans les tableaux de votes pour le présidence de l’UMP. Le tableau de vote des motions était donc différent de celui de la présidence.

Trois lignes pour un nouveau président ?

Ça parait rien, trois lignes, mais en réalité, cela correspond à trois départements: fédération de Mayotte, fédération de Wallis-et-Futuna, fédération de Nouvelle-Calédonie. Un oublie qui est, il faut l’avouer, très embarrassant. La suite, c’est du calcul pure, entre le nombre d’inscrits, de votants, de bulletins blanc… Pour bien comprendre, je vous invite à lire la fin de l’article de l’Express, qui raconte très bien la situation.

Election de l’UMP: une référence

Sans être de droite ou de gauche, il faut avouer que cette élection est une référence en la matière. Une démonstration d’organisation et de fair-play. Nous ne saurons jamais le fin mot de l’histoire, mais il est intéressant de noter que pour une telle erreur, dans n’importe qu’elle entreprise, la personne ayant oublié 3 départements aurait sans doute été virée assez rapidement… Je trouve ça assez lamentable. Mais l’erreur est humaine, Paco Rabanne c’était bien trompé sur le crash de la station Mir sur Paris en l’an 2000, alors des conseillés peuvent bien oublier trois départements. Pour moi, si personne ne s’est rendu compte de la non présence des 3 départements, c’est tout simplement parce que les votes de l’outre mer, ce n’était en gros que 2% des prévisions de votes pour Mr Fillion. Autrement dit, insignifiant, si on considère les sondages avant l’élection. C’est sans doute pour cela que personne ne s’est posé la question le soir de l’élection. Or vu la tournure des évènements, les petits apporteurs de voix prennent toute leur importance…

Election de l’UMP, et la fraude ?

Au final, on parle de 26 votes de plus pour Mr Fillon, si l’on intègre les 3 départements. Mais l’ex premier ministre ne veut plus de la présidence, il veut juste mettre en avant l’erreur commise (devant les tribunaux si il faut). Mais dans tout ça, plus personne ne parle des faits avérés de fraudes électorales, comme à Nice, où il y avait plus de votants que d’inscrits. Intéressant de voir comment on occulte des évènements lorsqu’ils ne profitent à personne… C’est aussi à cause de ces fraudes que Mr Fillon veut se tourner vers les tribunaux plutôt que la commission des recours. Il désirs visiblement un peu d’objectivité, ce qui n’est pas le cas avec la commission. En tout cas, si l’UMP à besoin d’un vrai rassembleur au milieu du chaos, le chemin semble tracé pour le retour d’une certaine personnalité politique

Cet article a été écrit par...
Clement Passionné d'actualité, c'est en 2011 que je créé Time To Think, site d'actualité. 3 ans plus tard, ce dernier devient Fourth Wall. Mon objectif : mettre en avant l'actualité dont les grands médias parlent peu ! Retrouvez moi aussi : www.clement-gracyk.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>