8ème semaine de prévention du cancer du col de l’utérus (19 janvier 2014 – 25 janvier 2014)

0 Flares 0 Flares ×

Le cancer du col de l’utérus est du, dans la grande majorité des cas, à une infection par le virus du papillome humain (HPV), infection sexuellement transmissible aussi appelée papillomavirus. Le cancer du col de l’utérus se place à la 2ème place des cancers féminins dans le monde. Il a régressé de moitié depuis 30 ans mais touche encore plus de 2 800 femmes chaque année et près de 1 000 décès sont liés à ce cancer.[divider_flat]

Quels sont les facteurs de risques ?

Les facteurs de risques sont notamment les premiers rapports sexuels, les partenaires multiples, une infection du ou des partenaires par le virus du papillome humain (HPV) ou d’autres infections sexuellement transmissibles et le tabac.

Le virus du papillome humain

La contamination  s’effectue essentiellement lors de rapports sexuels non protégés. Le virus se transmet alors par simple contact avec la peau et les muqueuses.

L’infection est fréquente chez les femmes dès leurs premiers rapports sexuels. Les risques d’infection vont en augmentant avec l’âge et le nombre de partenaires. L’utilisation de préservatifs lors des rapports sexuels permet donc de limiter la transmission du virus.

Le dépistage

Il est possible grâce au dépistage, de détecter des lésions précancéreuses et cancéreuses du col de l’utérus et ainsi de prévenir l’apparition d’un cancer ou de le soigner.

Le dépistage est recommandé pour les femmes âgées de 25 à 65 ans. Sous la forme d’un frottis, il est proposé par le gynécologue, le médecin traitant ou une sage-femme.

La prévention

Il existe, par ailleurs, une vaccination préventive contre le papillomavirus humain (HPV).

Cette vaccination ne s’adresse qu’à des jeunes femmes dont on peut affirmer l’absence d’infection par un virus HPV, elle doit donc avoir lieu avant le 1er rapport sexuel . La vaccination est gratuite chez les jeunes femmes de 14 à 23 ans. Cette vaccination ne se substitue pas au dépistage par frottis mais constitue un moyen complémentaire d’agir face au cancer du col de l’utérus.

Pour d’autres articles de santé, c’est par ici et ici.

Cet article a été écrit par...
Poleen

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>